Effet miroir

La relation de couple est le défi de la vie

Il y en a même qui admettent que c’est LE plus grand défi de leur vie. Cela peut se produire si vos parents vous ont donné un modèle de relation très difficile et que vous croyez – comme eux – que c’est en effet presque impossible d’avoir une relation harmonieuse et intime avec quelqu’un.
Pourquoi est-ce un défi ? Parce que la vie commune éveille beaucoup de peurs et de croyances qui sont refoulées depuis la naissance. Vivre en couple n’est pas la même chose que vivre en famille ou avec des amis.
Un des problèmes majeurs est qu’on oublie que chacun est différent. Un des grands secrets d’une bonne relation est d’ACCEPTER SA DIFFÉRENCE AINSI QUE CELLE DE L’AUTRE. Il est utopique de croire que deux partenaires peuvent toujours avoir les mêmes désirs et la même façon de vivre au même moment. Dans une relation, chaque partenaire doit pouvoir écouter ses propres besoins et sentir que c’est légitime de faire ce qui est bon selon lui, même si l’autre n’est pas d’accord.
Il est fort possible que votre ego prenne le dessus en lisant ceci et vous dise : « Avec ce genre de philosophie, si un décide d’abuser de l’autre, de le tromper, de le battre même, doit-on le laisser faire ? » Ce n’est pas du tout ce que j’exprime ici. Ce qu’il lui semble bon POUR LUI veut dire ce qui le concerne uniquement, ce dont il sera le seul à assumer les conséquences. Il doit être clair que chacun doit prendre l’entière responsabilité de toutes ses décisions. Si toutefois l’un veut aider l’autre, cela se fera par choix et non par obligation.
Accepter nos différences ne peut être possible que s’il y a des ententes claires et précises. Voilà un autre défi. Savoir s’exprimer, savoir communiquer afin que les ententes soient claires entre les deux dès le départ. La plupart d’entre nous avons plutôt appris de nos parents comment avoir des attentes et non comment faire des ententes précises. Pourquoi ? Parce que nos parents ne savaient pas comment faire. Alors, pourquoi ne pas dépasser nos parents en apprenant à le faire nous-mêmes ? C’est ce qui s’appelle l’ÉVOLUTION d’une personne.
Une autre chose qu’un couple doit réaliser, c’est qu’une union donne la possibilité de démontrer son amour de différentes façons. Si tous les deux insistent à ce que l’autre démontre son amour d’une certaine façon, ce sera une grande source de conflits. Par exemple dans mon premier mariage, je croyais que si mon mari aidait à la maison, s’il rangeait tout au fur et à mesure plutôt que de toujours remettre cela à plus tard, s’il s’occupait du jardin, etc., cela voulait dire qu’il m’aimait. Pourquoi ? Parce que j’avais vu mon père le faire et je croyais qu’il démontrait son amour ainsi, car il était très peu communicatif. Comme il ne pouvait pas dire Je t’aime à maman, c’est seulement ainsi qu’elle pouvait le savoir.
Je vous avoue que je n’ai jamais vérifié auprès de mes parents si la déduction que j’avais faite était vraie. Je sais par contre que lorsque mon mari me disait très souvent Je t’aime, je ne le croyais pas parce qu’il ne voulait pas faire ce que je lui demandais au moment où je le voulais. Voilà une des raisons qui ont mené au divorce. Tout ça pour dire que c’est mon incapacité à croire que l’amour puisse être démontré de plusieurs façons qui a contribué à recevoir ce genre d’amour de la part de mon mari. Si j’avais accepté sa différence, je sais maintenant qu’il aurait agi autrement.
TOUT VIENT DE SOI. On croit que c’est l’autre qui nous rend malheureux alors que c’est ce qui se dégage de nous qui incite l’autre – malgré lui – à agir de telle ou telle façon avec nous. Voilà une autre grande difficulté. C’est pourquoi il est important d’utiliser notre partenaire comme le meilleur moyen pour apprendre à mieux nous connaître. Ça s’appelle FAIRE LE MIROIR avec l’autre. Cette technique a déjà été expliquée dans plusieurs autres articles ainsi que dans mes livres, conférences et ateliers. C’est un outil très important pour avoir le genre de relations que nous désirons.
Une autre difficulté est de croire que nous pouvons rendre notre partenaire heureux. Ce n’est qu’une croyance de l’ego. Chaque action faite dans le but de rendre l’autre heureux ne fait que donner plus de pouvoir à l’ego. Quand l’autre est heureux, nous croyons que c’est grâce à nous. Voilà pourquoi nous croyons au même degré que lorsqu’il est malheureux, c’est aussi à cause de nous et voilà, le cercle vicieux est reparti. Nous recommençons à faire des pirouettes pour rendre l’autre heureux. IL EST IMPOSSIBLE de rendre une autre personne heureuse, car le bonheur ne peut venir que de l’intérieur de nous. Le bonheur vient de notre réaction à tout ce qui se passe dans notre vie et non à cause des événements, personnes ou situations.
J’ai observé plusieurs personnes se sentir coupables de montrer leur joie de vivre quand leur partenaire est malheureux. Pourtant nous pouvons mieux aider quelqu’un en continuant à être bien qu’en essayant de le changer pour qu’il cesse d’être malheureux. En nous forçant à aider quelqu’un et en oubliant nos propres besoins, nous devenons un martyre. Nous ne sommes pas vrais envers nous-mêmes et ce qui se dégage de nous ne peut aider l’autre.
Pour voir si votre relation de couple est en danger, observez ce qui se passe quand l’un est heureux et joyeux, et que l’autre ne l’est pas. Si celui qui n’est pas heureux momentanément n’est pas capable d’être bien en voyant l’autre joyeux, comme s’il lui en voulait d’être bien quand il ne l’est pas, c’est mauvais signe. Il devient urgent de changer votre façon de vivre ensemble, car ça ne pourra plus durer très longtemps. Cette façon de réagir de la part d’un des partenaires indique que tous les deux sont ainsi.
Je termine cet article en vous suggérant de bien savourer ce que vous avez dans votre relation, dès le départ si possible, car rencontrer un partenaire de vie ne se présente pas tous les jours. Pourquoi ne pas faire le bilan chaque semaine ensemble de ce que vous avez aimé et savouré ensemble durant la semaine ? C’est beaucoup plus agréable que d’avoir une relation de compétition et de guerre d’ego, ne croyez-vous pas ?
Avec amour,
Lise Bourbeau

Effet miroir

Se voir à travers les autres

Saviez-vous que la façon dont vous voyez tout ce qui vous entoure — autant les objets, la nature que les personnes – est un reflet de ce que vous êtes et surtout de ce que vous croyez être dans le moment ? Eh bien, c’est vrai !
Il y a plusieurs avantages à accepter ce fait. Cela vous permet de :
Découvrir ce que vous ignorez de vous-même;
Savoir ce que vous acceptez ou non de ce que vous êtes;
Développer de la compassion pour les personnes qui vous dérangent;
Développer la notion de responsabilité, réduisant ainsi la culpabilité envers vous-même et la culpabilisation des autres.
Regardons ensemble comment vous pouvez découvrir à travers les gens qui vous entourent. Prenons l’exemple d’un collègue de travail qui vous énerve. Ce n’est pas ce qu’il fait ou dit qui vous fait réagir, mais bien votre jugement de ce qu’il est. Pour vous voir à travers ce collègue, vous devez vous poser la question : Je le juge ou je l’accuse d’ÊTRE quoi ? Supposons que la réponse soit : Je l’accuse de me manquer de respect, donc d’ÊTRE irrespectueux.

Cette réponse indique que vous n’acceptez pas une personne irrespectueuse, signifiant que lorsque vous êtes ainsi, vous ne vous acceptez pas. Moins vous voulez voir que vous êtes ce que vous jugez les autres d’être, plus vous vous attirerez des gens que vous jugerez d’être ainsi et plus ils vous dérangeront.

Pourquoi puis-je affirmer avec certitude que vous êtes ainsi ? Parce que ce que nous voyons chez les autres est notre miroir. Nous ne pouvons donc que voir ce qui nous appartient. Cet énoncé est une vérité d’ordre spirituel et elle existe pour tout le monde.
Si vous voulez utiliser tous ceux qui vous entourent pour vous connaître et développer davantage d’amour et d’acceptation dans votre vie et, par-dessus tout, améliorer vos relations, voici quoi faire lorsque vous découvrez un aspect de vous-même inconscient et non accepté.
La première étape est de vérifier, avec la personne que vous jugez, dans quelle circonstance cette dernière vous juge d’être la même chose, comme p.ex irrespectueux. Elle vous donnera probablement un exemple qui vous surprendra, car, selon vous, lorsque vous agissez ainsi, vous êtes loin de vouloir lui manquer de respect.
Deuxième étape : regardez quelle était votre intention ou motivation dans l’exemple donné par cette personne. Sachez alors que l’autre personne a la même intention que vous au moment où vous la jugez d’irrespectueuse.
Selon la loi de cause et effet, nous récoltons toujours selon notre intention.

Troisième étape : partagez à l’autre ce que vous avez découvert et remerciez-la de vous avoir permis de faire cette découverte ; la seule raison pour laquelle elle vous dérangeait était le fait que vous n’acceptiez pas d’être irrespectueux. Je sais que ce n’est pas votre préférence d’être jugé d’irrespectueux par les autres mais…
…le seul moyen pour arriver à être ce que nous voulons être est de passer par l’étape de nous accepter dans ce que nous ne voulons pas être.

Voilà la principale raison pour laquelle nous devons attirer à soi les personnes nécessaires qui vont nous aider à découvrir ce que nous n’acceptons pas de soi.
Lorsque vous voyez quelqu’un que vous jugez d’être quelque chose de négatif, mais qui ne vous dérange pas, cela vous indique que vous vous donnez le droit d’être PARFOIS ainsi. Vous savez alors que vous vous dirigez vers ce que vous voulez être de plus en plus souvent.
Cet exercice du miroir peut tout aussi bien être utilisé avec un aspect que vous admirez chez quelqu’un, une caractéristique que vous ne croyez pas être. Supposons que vous admiriez une personne organisée. Cela indique que vous êtes en réalité une personne organisée, mais, ne l’acceptant pas, vous faites tout pour ne pas sembler être organisé. Il vous reste donc à vérifier de quoi vous avez peur si vous vous permettiez d’être organisé comme vous le désireriez.
Que votre jugement soit basé sur quelque chose qui vous dérange ou que vous admirez, souvenez-vous que vous vous empêchez de voir que vous êtes ainsi par peur de ne pas être aimé. Cette peur est aussi basée sur une de vos blessures de l’âme qui est le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison ou l’injustice.
Vous avez donc intérêt à profiter de tous les miroirs qui vous entourent afin de mieux vous connaître, de vous accepter et surtout, d’utiliser ce moyen qui est le plus efficace pour améliorer les relations de tous genres.

Lise Bourbeau

Effet miroir

Récoltons-nous toujours ce que nous semons

Je me fais poser fréquemment cette question, car il se passe souvent des incidents dans notre vie où nous ne pouvons imaginer avoir semé la même chose que la récolte. La réponse à cette question est TOUJOURS OUI, car c’est une loi immuable qui gère cette récolte. Cette loi s’appelle la loi du retour ou la loi de CAUSE ET EFFET.

La raison pour laquelle beaucoup de gens s’interrogent sur la véracité de ce « toujours » est le fait qu’ils croient que la récolte leur revient par les mêmes actions. Voici donc l’élément primordial à ne pas oublier pour bien comprendre cette loi: elle agit en fonction de notre attitude (peurs, accusations, croyances, etc.) et non en fonction de nos actions.

Prenons l’exemple d’une maman qui a un fils qui ne veut plus la voir, encore moins lui parler. Cette maman vit beaucoup d’émotions et accuse son fils. Si on lui demandait ce qu’elle a bien pu semer, elle dirait sans doute qu’elle n’a jamais fait ça à personne dans sa vie. Selon les apparences, il est vrai qu’il semble difficile de comprendre ce qu’elle a semé. Dans ce cas, elle doit regarder ce qu’elle accuse l’autre d’ÊTRE. Trouve-t-elle son fils ingrat, entêté, orgueilleux, égoïste ? Elle récolte donc une personne dans sa vie avec, selon elle, un comportement ingrat, entêté, orgueilleux et égoïste. Pour savoir ce qu’elle a semé, elle doit s’intérioriser et se demander ce qui a pu se passer entre elle et son fils où elle s’est accusée ou jugée de la même chose. Ce n’est pas toujours avec la même personne, mais il est bon de vérifier là en premier. Par exemple, elle aurait pu se juger de la même chose dans une situation qu’elle a vécue avec son père.

Lorsqu’elle trouve la situation qui aurait pu provoquer ce genre de jugement de la part de son fils, elle doit regarder quelle a été son intention à ce moment-là. Il y a de fortes chances qu’elle découvre que son intention n’était pas de nuire à l’autre. Elle voulait peut-être le protéger ou vouloir lui donner une leçon afin qu’il change pour le mieux ou elle exprimait tout simplement ses propres limites à elle. En prenant conscience de sa propre intention, elle arrivera à s’accepter dans cette situation, donc accepter l’autre également.

Si elle ne peut trouver une situation où son fils aurait pu la juger ou l’accuser de la même chose, le seul moyen pour le savoir sera de vérifier avec lui. On sait qu’il ne veut plus lui parler, mais si elle l’appelle ou si elle lui écrit en lui disant qu’elle est en train de faire un travail sur elle afin de découvrir ce qu’elle a semé, il sera beaucoup plus ouvert à la rencontrer ou à lui parler. L’élément le plus important pour que cela se produise est qu’il ne doit sentir aucune accusation de la part de sa mère. Il doit sentir qu’elle prend entièrement sa responsabilité et qu’elle sait maintenant que la situation difficile entre eux deux ne vient pas de lui, mais bien d’une récolte de quelque chose qu’elle a semé.

La récolte est plus facile à découvrir lorsque la situation difficile se passe avec une autre personne. Les situations où nous récoltons quelque chose de désagréable et qui n’impliquent pas une autre personne directement demandent un plus grand travail d’intériorisation.

Prenons l’exemple de monsieur qui a été très à l’aise financièrement depuis de nombreuses années et qui se retrouve au bord de la faillite. Pour découvrir ce qu’il a semé, il doit prendre conscience de ce qu’il a mis en mouvement pour s’attirer cela. Avait-il peur d’être pauvre ? A-t-il tout fait pour réussir dans le seul et unique but de ne pas se faire juger par les autres ? Se valorisait-il seulement par son argent ? On peut constater par cet exemple que sa motivation première était de ne pas être pauvre et/ou de ne pas être jugé par les autres. Comme le subconscient ne prend pas en considération les mots négatifs et se fie seulement aux images qui viennent avec nos pensées, nos croyances, nos actions, voilà la raison pour laquelle nous finissons par récolter ce que nous avons semé en nous.

Pourquoi devons-nous toujours récolter ainsi ? Parce qu’afin de vivre dans le bonheur total et la paix intérieure, nous devons arriver un jour à vivre toutes les situations dans l’amour, c’est-à-dire dans l’acceptation sans aucun jugement de bien ni de mal. Arriver un jour à reconnaître que tout est expérience et que nous devons apprendre à faire le tri parmi toutes ces expériences pour découvrir ce qui est le plus intelligent pour nous-même.

Notre Dieu intérieur est d’une intelligence parfaite. Il ne veut pas nous punir, il veut simplement nous aider à devenir conscient de tout ce que nous n’avons pas encore accepté de nous-même. Nous le récoltons donc sous forme d’expériences difficiles et aussitôt que nous nous acceptons et que nous acceptons l’autre, même si ce genre d’expérience revenait, elle ne serait plus vécue de la même façon.

Dans les deux exemples cités plus haut, la maman ne s’acceptait pas en tant que personne entêtée, orgueilleuse, ingrate et égoïste. S’accepter veut dire se donner le droit d’être ce que nous sommes à chaque instant en considérant que nous sommes humains avec des limites. Ce n’est qu’ainsi qu’elle arrivera à ce qu’elle préfère être. Dans le deuxième exemple, cet homme ne se donnait pas le droit d’être pauvre et ne reconnaissait pas sa propre valeur au-delà de l’argent. Ce genre d’homme a la même difficulté à accepter ces traits de caractère chez les autres.

Lorsque vous récoltez une situation qui vous fait souffrir énormément et que la semence est difficile à trouver, il est fort probable que ça vienne d’une autre vie. Le meilleur moyen de retrouver l’harmonie est d’accepter la situation et vous accepter dans ce que vous vivez.

En conclusion, sachons que la récolte est toujours pour nous aider à devenir conscient de ce qui se passe au plus profond de nous et de savoir si ces façons d’être sont acceptées ou non. Vous aurez l’agréable surprise de découvrir qu’au fur et à mesure que vous vous accepterez, vous attirerez davantage tout ce qui vous apporte bonheur et harmonie. La clé, c’est l’acceptation!

Lise Bourbeau

Effet miroir

Mes enfants, mes guides

Pour plusieurs parents, cette affirmation est difficile à accepter… mais il en est tout de même ainsi.
Les enfants de la nouvelle génération, de l’ère du Verseau, sont en général beaucoup plus évolués que leurs parents. La sagesse acquise depuis plusieurs vies s’exprime plus rapidement. Dès leur jeune âge, ils possèdent donc un niveau de conscience que les personnes de notre génération mettront plus de 40 ans à atteindre. Si vous voulez vraiment évoluer et apprendre à vous connaître davantage (ceci devrait être l’unique but d’avoir un enfant), observez bien ce que vous disent vos enfants et surtout ce qui vous dérange le plus en eux. Vous saurez très vite les attitudes ou comportements que vous n’acceptez pas en vous. Cela vous permettra d’apprendre graduellement à aimer chacun de vos aspects, c’est à dire à vous donner le droit d’être humain, ce qui est la raison d’être de chacun.
Si votre enfant persiste à dire qu’il peut faire une certaine chose et que vous l’en empêchez, vous retardez son évolution et cela vous indique en même temps que vous vous empêchez aussi d’effectuer des choses que vous voudriez faire. Si votre enfant vous dit de vous mêler de vos affaires, il en a le droit! Il vous demande ainsi l’espace vital nécessaire pour son évolution.
Lorsque vous êtes occupé à gérer le bonheur des autres (selon votre propre version du bonheur), vous empiétez sur votre temps pour gérer votre propre bonheur. Vous êtes sur Terre pour votre propre évolution et non celle des autres! Quant à vos enfants, vous êtes là pour les guider du mieux que vous le pouvez, sachant qu’ils sont libres de décider de ce qu’ils veulent.
Alors, remarquez surtout ce que vos enfants vous disent, ce que reflètent leurs pensées plutôt que ce qu’ils font. En effet, ils agissent souvent à l’encontre de ce qu’ils pensent vraiment, uniquement pour vous faire réagir, car ils manquent d’espace et de respect. Laissez-les être ce qu’ils veulent être tout en faisant respecter votre espace et vous verrez une belle transformation !
Lise Bourbeau

Effet miroir

Les autres sont votre reflet

À la suite de chaque infolettre, je reçois des questions qui m’interpellent et auxquelles je décide de répondre dans une future infolettre. En voici un exemple que j’ai raccourci pour ne laisser que le questionnement :
Merci pour ce newsletter, encore une fois intéressant. À force de faire des stages de développement personnel ou, même, spirituels, je suis de plus en plus sensibilisée à la force de l’amour. Par contre, en conséquence, je me trouve régulièrement confrontée à la mesquinerie ou même à la méchanceté de certaines personnes. Et cela m’amène à la réflexion : en dehors de ces stages, existe-t-il des personnes orientées naturellement vers l’amour? Dois-je même en arriver à rompre certaines amitiés? Ou même, serais-je « borderline » en voulant plus vivre dans l’amour? Je trouve souvent difficile de vivre dans le quotidien, car le fond de nombreuses personnes peut être négatif ou même nuisible.  Ou encore : parfois, je me sens dans le respect de moi s’il m’arrive de dire non (donc dans le « je suis »), mais je constate que mon « non » ne convient pas à mon interlocuteur et je m’entends dire que je suis chiante! Je suis à chaque fois désorientée.
Je sais que ma réponse, qui se trouve dans le titre de cette infolettre, ne plaira pas à l’ego de la cliente. En effet, tout ce qui nous entoure est TOUJOURS notre reflet, sans exception. Tout ce que nous percevons des autres, de la nature, de différents endroits, de la température, etc. est le reflet de ce que nous sommes à cet instant.
Je dis bien «sommes », car cette théorie du miroir n’existe qu’au niveau de l’ÊTRE. Donc pour répondre à la question sur la mesquinerie et la méchanceté, il est évident que chacun de nous est appelé à côtoyer ce genre de personne un jour ou l’autre. Il est impossible que tout le monde soit toujours comme il nous convient.
Tout ce que vous devez faire est de vous poser la question : « Je juge cette personne d’ÊTRE comment ? » Une personne avec un comportement méchant peut par exemple être jugée d’irresponsable, de rude, d’injuste… Tout dépend de qui la juge et comment la personne se sent au moment de juger. Avez-vous remarqué que vous êtes plus tolérant certains jours que d’autres ?
Le jugement que vous portez indique que vous vous jugez d’être pareil, mais pas nécessairement en démontrant le même comportement. Supposons que vous jugez une personne méchante d’être injuste, cela vous indique que vous ne vous acceptez pas lorsque vous avez un comportement qui pourrait paraître injuste à vos yeux ou aux yeux de quelqu’un d’autre.
L’Univers nous fait sans cesse ce genre de clin d’œil pour attirer notre attention sur ce que nous n’acceptons pas de nous-mêmes, car son intention est de nous aider à nous aimer toujours de plus en plus.
Pour répondre à la question Dois-je même en arriver à rompre certaines amitiés, je vous suggère de regarder quelle est votre motivation. Est-ce parce que vous aimeriez que l’autre personne soit différente ? Voulez-vous rompre la relation parce qu’elle ne veut pas changer ? Si c’est le cas, vous n’êtes pas motivée par l’amour véritable. Vous avez oublié d’utiliser votre relation avec cette personne pour mieux vous connaître.
Par contre, si votre intention est de faire de la place pour une relation qui vous nourrirait davantage et que vous avez accepté ce qu’est cette personne, c’est tout à fait différent. Ce n’est pas intelligent de se forcer à continuer une relation uniquement parce que ça fait longtemps qu’on se connaît. Nous avons tous besoin, à certains moments de notre vie, de faire de nouvelles rencontres. Dans ce cas, on se sent bien en pensant à la personne, mais on sait qu’il est temps de rompre la relation parce qu’elle n’apporte rien, ni à l’une ni à l’autre. Le fait de penser à elle ne vous ferait alors plus vivre d’émotions et vous seriez à l’aise si vous rencontriez cette personne dans le futur. Ce serait un signe que vous auriez vécu la rupture avec acceptation.
Pour ce qui est du non qui fait réagir quelqu’un, voilà encore un autre message pour vous. Cette personne est un reflet dans le sens qu’elle vous montre par sa réaction que vous ne vous acceptez pas quand vous dites non. Soit que vous vous sentiez coupable soit que vous ayez peur de quelque chose. Je vous assure que lorsqu’on écoute son besoin et qu’on dit non à quelqu’un, la personne accepte cette décision même si elle est déçue.
Si, par exemple, quelqu’un vous demandait de l’aide, mais qu’il vous était impossible d’accéder à sa demande, l’autre pourrait avoir une réaction comme la suivante : « Ça m’aurait fait bien plaisir que tu puisses me dire oui, mais je comprends que ce n’est pas parce que je veux que ce soit toi qui m’aides que tu es obligée de dire oui. Je vais donc me trouver quelqu’un d’autre. » Cette personne ne vous en voudrait pas et ne vous jugerait pas.
Je rappelle la théorie du triangle d’Écoute Ton Corps qui est bien expliquée dans tous nos ateliers. Ce triangle nous dit que nous sommes avec les autres comme ils sont avec nous et comme nous le sommes avec nous-mêmes. Donc si vous jugez une autre personne d’être injuste, vous l’êtes avec elle ainsi qu’avec vous-même.
La notion du miroir est très difficile à accepter par l’ego. Notre première réaction est en général Il est impossible que je sois comme cette personne. Je ne fais jamais ça. Prenez quelques bonnes respirations et posez-vous la question À quel moment SUIS-je ainsi avec cette personne (p.ex. injuste) ou Qu’aurais-je pu lui faire pour qu’elle me juge d’ÊTRE ainsi? Il ne s’agit pas de trouver quand vous faites les mêmes actions que cette personne, mais quand vous ÊTES de la même façon. Si aucune réponse ne vient, c’est votre ego qui résiste et qui ne veut pas que vous le voyiez. Je vous suggère donc d’aller voir cette personne pour lui poser la question. Je sais que ça demande une bonne dose d’humilité et de courage pour le faire, mais quelle belle victoire sur votre ego !!!
Vous voulez toujours vivre dans l’amour ? C’est merveilleux ! Le meilleur moyen est d’utiliser les relations avec vos proches pour vous mener vers l’amour inconditionnel de vous-même qui vous sera ensuite reflété dans vos relations.
Plus vous vous aimez et plus vous recevez de l’amour des autres. Une autre personne ne peut jamais vous accepter si vous ne vous acceptez pas d’abord. C’est une grande loi universelle. ON NE PEUT RÉCOLTER QUE CE QUE L’ON SÈME.
Avec amour,
Lise Bourbeau

Effet miroir

Occasions à grandir

On ne rencontre jamais de difficultés mais plutôt des occasions à grandir
Nous vivons tous des moments où la vie semble être contre nous. Certains se demandent même ce qu’ils ont fait au bon Dieu pour vivre autant d’épreuves. En réalité, il n’existe pas de Dieu qui s’amuse à punir ou à éprouver les humains. Dieu est tout simplement l’énergie créatrice de chacun d’entre nous qui expérimente à travers tout ce qui vit.
Quand vous qualifiez les moments moins agréables – qui sont parfois très difficiles à accepter – d’ ÉPREUVES, de DIFFICULTÉS, d’ INJUSTICES, de MISÈRES, d’ OBSTACLES ou de PUNITIONS, vous faites perdurer la situation. Cependant, il est normal d’avoir une réaction négative quand un problème arrive soudainement ou lorsque plusieurs surviennent en même temps.
Le but de cet article est de vous aider à sortir d’une situation désagréable le plus rapidement possible. C’est en changeant votre attitude intérieure face à celle-ci que vous y parviendrez. Ainsi, en la qualifiant d ’OCCASION POUR GRANDIR, POUR APPRENDRE QUELQUE CHOSE D’IMPORTANT POUR VOUS, vous verrez la situation différemment.
Sachez que lorsque vous vous critiquez ou critiquez quelqu’un d’autre pour ce qui vous arrive, vous n’êtes ni centré ni dans votre cœur. Vous êtes plutôt dans la noirceur ce qui vous empêche de voir l’issue.
C’est en prenant votre responsabilité, c’est-à-dire en acceptant qu’il y a quelque chose en vous qui attire ce genre de situation ou de personne dans votre vie afin que vous puissiez découvrir une partie de vous que vous n’acceptez pas, que vous reviendrez dans la lumière. Votre Dieu intérieur n’a qu’un seul objectif soit vous ramener dans l’amour de vous-même et, par conséquent, l’amour des autres. En revenant dans votre lumière intérieure, en vous centrant, vous trouverez plus rapidement des solutions aux situations rencontrées. Vous reconnaîtrez aussi plus facilement ce que vous aviez besoin d’apprendre grâce à celles-ci.
Croyez-vous qu’il est possible de ne jamais vivre de situations désagréables? Croyez-vous que ceux qui réussissent bien leur vie personnelle et professionnelle sont des gens chanceux et qu’ils n’auraient pas une belle vie s’ils avaient les mêmes problèmes que vous ou qu’ils ne réussiraient pas mieux que vous s’ils venaient d’un milieu familial et social aussi difficile que le vôtre? Si vous répondez Oui à ces questions, vous vivrez ou vivez déjà des situations difficiles de plus en plus souvent.
Tout le monde vit des épreuves, même les personnes qui viennent de familles aisées, qui ont beaucoup de talent ou ont une bonne santé. Les gens qui vont de l’avant et qui se créent une vie de plus en plus agréable ont une bonne attitude intérieure.
Prenons l’exemple de deux hommes qui font un arrêt cardiaque et qui doivent s’absenter de leur travail pendant plusieurs mois. Le premier décide de prendre sa responsabilité et reconnaît que son corps lui envoie le message de changer son attitude face à ses obligations familiales et professionnelles. Il découvre qu’il prend beaucoup trop à cœur tout ce qu’il fait et qu’il recherche l’amour et la reconnaissance des autres par le biais de ce qu’il accomplit. Il réalise que l’amour ne peut venir que de lui-même et que ce qu’il décide de faire doit être fait par amour pour lui et non pour être aimé. L’attitude de cet homme l’aidera à guérir beaucoup plus rapidement et il retrouvera une grande joie de vivre autant dans sa vie personnelle que professionnelle tout en continuant à en faire autant.
Le deuxième homme décide de se plaindre. Il croit qu’il en a trop à faire ou que les autres profitent de lui et que c’est pour cette raison que son cœur a flanché. Il est convaincu que ce problème cardiaque vient de l’extérieur. Il risque donc de ne jamais s’en remettre. Sa convalescence sera beaucoup plus longue. Il aura sans cesse peur que son cœur lâche encore. Ainsi, il n’osera plus faire grand-chose et il vieillira plus vite.
Les gens oublient que le corps a la capacité de se régénérer. Cela dit, nos cellules se renouvellent selon notre état d’esprit. Si nous sommes dans la critique, la crainte ou la rancune, les cellules se régénèrent mais sont malades et faibles. La personne qui se fait confiance et croit à l’intelligence parfaite de son corps, qui s’aime assez pour s’accepter dans ce qu’elle est et qui prend la responsabilité de tout ce qui lui arrive, peut manifester ce que la science appelle un miracle. Une telle attitude fait en sorte que les nouvelles cellules sont parfaites ce qui permet à la partie malade de se régénérer complètement.
N’est-il pas merveilleux de savoir que nous avons une telle puissance sur nous-même? Hélas, la majorité des gens essaie d’avoir le contrôle sur les autres en croyant qu’ils peuvent utiliser leur puissance pour changer la vie des autres ce qui est IMPOSSIBLE. Il ne leur reste donc plus d’énergie pour eux-même. Lorsque chacun de nous utilisera sa puissance – notre DIEU intérieur qui crée sans cesse – pour améliorer sa propre qualité de vie, nous pourrons enfin vivre dans un monde merveilleux.
Si vous vivez une situation pour laquelle vous croyez avoir tout fait pour vous en sortir et que vous vous retrouvez dans une impasse et vous sentez impuissant, sachez que ce n’est pas parce que vous êtes incapable mais plutôt parce que vous manquez de créativité. Lâchez prise en vous disant qu’il y a une solution à ce que vous vivez mais que vous ne la voyez pas pour le moment. Demeurez alerte à toutes les nouvelles idées qui vous viendront à l’esprit et la solution arrivera. N’hésitez pas aussi à demander de l’aide pour trouver la solution.
Il n’y a pas un seul problème qui n’ait pas de solution. Il s’agit d’être centré et dans la lumière pour la recevoir.
Avec amour, Lise Bourbeau

 

 

Effet miroir, Sagesses de contes

Sagesse des contes sur l’effet miroir

Chacun porte sa vision du monde

Il était une fois un vieil homme assis à l’entrée d’une ville du Moyen-Orient. Un jeune homme s’approcha et lui dit :

– Je ne suis jamais venu ici ; comment sont les gens qui vivent dans cette ville ? Le vieil homme lui répondit par une question : Comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ? Egoïstes et méchants. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’étais bien content de partir, dit le jeune homme. Le vieillard répondit : Tu trouveras les mêmes gens ici.

Un peu plus tard, un autre jeune homme s’approcha et lui posa exactement la même question.

– Je viens d’arriver dans la région ; comment sont les gens qui vivent dans cette ville ? Le vieille homme répondit de même : Dis-moi, mon garçon, comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ? Ils étaient bons et accueillants, honnêtes ; j’y avais de bons amis ; j’ai eu beaucoup de mal à la quitter, répondit le jeune homme. Tu trouveras les mêmes ici, répondit le vieil homme.

Un marchand qui faisait boire ses chameaux non loin de là avait entendu les deux conversations. Dès que le deuxième jeune homme se fut éloigné, il s’adressa au vieillard sur un ton de reproche : Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la même question posée par deux personnes ? Celui qui ouvre son cœur change aussi son regard sur les autres, répondit le vieillard. Chacun porte son univers dans son cœur.

Source: http://www.philosophie-spiritualite.com/contes/contes37.htm